Logements - Réservoir du Calvaire, Lausanne - concours

Logements - Réservoir du Calvaire, Lausanne - concours - 2012-

Logements - Réservoir du Calvaire, Lausanne - concours

Logements - Réservoir du Calvaire, Lausanne - concours - 2012-

Logements - Réservoir du Calvaire, Lausanne - concours

Logements - Réservoir du Calvaire, Lausanne - concours - 2012-

Logements - Réservoir du Calvaire, Lausanne - concours

Logements - Réservoir du Calvaire, Lausanne - concours - 2012-

Logements - Réservoir du Calvaire, Lausanne - concours

Logements - Réservoir du Calvaire, Lausanne - concours - 2012-

Logements - Réservoir du Calvaire, Lausanne - concours

Logements - Réservoir du Calvaire, Lausanne - concours - 2012-

Logements - Réservoir du Calvaire, Lausanne - concours

Réservoir du Calvaire – Valorisation des parcelles 3201 et 3202

Concours de projets d'architecture et d’urbanisme en deux degrés

Maître de l’ouvrage : Société simple formée par SILL, SCILMO et eauservice p/a Ville de Lausanne Direction des travaux Service d’architecture, Lausanne

Avril 2012

 

Le lieu

De manière surprenante le réservoir du Calvaire s'impose discrètement dans les hauts de la ville. Profitant déjà de la pente lausannoise qui la caractérise, il s'arrache au sol par une paroi raide et surplombe l'agglomération libérant alors des points de vues saisissants sur la vieille ville, le lac Léman et les Alpes. Situé entre le CHUV et la Sallaz, c'est un véritable balcon verdoyant qui prolonge l'ancien cimetière et termine ainsi la promenade du parc, avant de rejoindre les profondeurs de la ville. Aujourd'hui, le site est très peu mis en valeur et assez méconnu des locaux. Clôturé sur certaines parties, dissimulé derrière un filtre végétal qui semble plus orner la promenade qui longe l'avenue de la Sallaz qu'offrir un espace public attrayant et utilisé, de surcroît, comme dépôts, le site invite peu à y entrer. Il recèle pourtant un petit trésor, duquel ont su profiter des terrains de tennis et deux petites maisons privilégiés. Baigné dans la quiétude de la petite forêt qui s'ouvre sur le paysage et la vielle ville, le versant ouest contraste avec les rumeurs urbaines de l'important axe routier en contrebas côté est. Le réservoir se relie aisément aux points phares de la ville par cet axe majeur et la station métro qu'il jouxte.

Le projet

La composition créée une transition entre le tissu urbain et la promenade de l'ancien cimetière. Tout en densifiant de manière importante, le complexe se faufile, serpente respectueusement à travers la végétation existante et reconnaît finalement son statut de balcon sur la ville. En respectant la végétation existante, son ondulation vient chercher les points stratégiques de la parcelle. Ceux-ci sont renforcés par la création de respirations du système en sectionnant la construction en trois bâtiments. Chacun se distingue des autres par une déformation, qui lui est propre, de sa façade sud qui s'oriente vers la vue selon sa position. Chacun s'implante ainsi harmonieusement dans le paysage en maintenant l'esprit du lieu. La composition de ces trois éléments constitue un espace extérieur à la fois fluide et caractérisé. Entièrement traversantes, les entrées des bâtiments servent de lien entre un côté et l'autre de ceux-ci et viennent animer la promenade. Le statut public du rez-de-chaussée, dévoué au secteur tertiaire et aux espaces commun des habitations, accentue l'invitation du passant dans le site.

Chaque bâtiment s'organise en deux portions composées d'un noyau central menant aux étages. La distribution, réduite à son minimum, dessert quatre ou cinq appartements, pour un total de 171 appartements. Ceux-ci sont organisés de telle sorte qu'ils permettent une grande flexibilité dans leur distribution, pouvant s'échanger l'une ou l'autre pièce et ainsi former des typologies différentes. Une bande de service dédouble la cage d'escalier, créant une zone tampon entre la partie semi-publique et la partie privée. Le hall d'entrée dessert pratiquement à lui seul les différentes pièces en réduisant au maximum la présence de couloirs. La plupart des appartements profitent  d'une double orientation s'ouvrant sur le paysage et bénéficient de la lumière du matin et du soir. Un ou deux espaces extérieurs se dégagent à l'intérieur de l'enveloppe du bâtiment pour chaque logement. Le dernier étage se retire sur une partie de la façade allégeant la forme globale et créant un espace extérieur généreux et privilégié en hauteur.

Le système porteur est divisé entre les deux noyaux centraux et des lames transversales qui subdivisent les espaces et les appartements. Libérées de toutes contraintes structurelles, les façades peuvent se développer librement et légèrement, alternant espaces extérieurs, pleins et fenêtres.

Les constructions sont compactes, elles ont une faible emprise au sol  et profitent plutôt d'aller chercher les vues en hauteur tout en respectant l'ambiance du site alentour. Les parkings souterrains se développent sur trois niveaux en dessous du bâtiment central. L'accès est assuré par la rue des falaises et permet de ne pas créer un dénivellement trop important, une faible pente mène donc au premier niveau. Des ascenseurs relieront ces étages à la promenade sur le site. Les stationnements prolongent les cuves, qui prennent place sous le bâtiment au sud de la parcelle et dont les contours s'adaptent à sa géométrie.