Le bastion St-Antoine, Genève - 3ème tour - Concours

Le bastion St-Antoine, Genève - 3ème tour - Concours - 2017-

Le bastion St-Antoine, Genève - 3ème tour - Concours

Le bastion St-Antoine, Genève - 3ème tour - Concours - 2017-

Le bastion St-Antoine, Genève - 3ème tour - Concours

Le bastion St-Antoine, Genève - 3ème tour - Concours - 2017-

Le bastion St-Antoine, Genève - 3ème tour - Concours

Le bastion St-Antoine, Genève - 3ème tour - Concours - 2017-

Le bastion St-Antoine, Genève - 3ème tour - Concours

Le bastion St-Antoine, Genève - 3ème tour - Concours - 2017-

Le bastion St-Antoine, Genève - 3ème tour - Concours

Le bastion St-Antoine, Genève - 3ème tour - Concours - 2017-

Le bastion St-Antoine, Genève - 3ème tour - Concours

Le bastion St-Antoine : mise en valeur du site archéologique et aménagement

Concours de projets d’architecture en procédure ouverte à un degré

3e tour

Maître de l’ouvrage : Ville de Genève

2017

Le projet

Révélé lors des travaux de l’esplanade Théodore De-Bèze, la découverte de la nécropole du « Mottet » requestionne le réaménagement des espaces publics du bastion.

Le site est un lieu d’usage. Ancien bastion militaire et emplacement stratégique aux abords de la vieille ville, il est actuellement la terminaison d’une promenade publique plantée. Il est aussi le lieu de manifestations telles que la fête de la musique ou la course de l’escalade.

Les aménagements paysagers affirment une promenade importante à l’échelle de la rive gauche de la ville de Genève. Elle joint le lac Léman à la vieille ville jusqu’au parc des Bastions et par extension la plaine de Plainpalais. 

Le projet prend le parti de couvrir totalement les vestiges et d’aménager un lieu sous-terrain dont les fouilles sont le cœur battant. Le sol de l’esplanade est prolongé et complété par une dalle en béton parallèle à la ligne d’arasée du mur du bastion et protégeant les vestiges.

Les différents locaux sont donc regroupés en sous-sol. Les espaces servants sont placés côté ouest et dégagent la salle des vestiges et les anciennes murailles. Cet espace fermé permet de protéger de manière optimale les vestiges archéologiques des atteintes climatiques, la gestion de la température et de l’hygrométrie étant particulièrement aisée.Le site archéologique ne vient pas s’imposer à la surface mais s’affirment comme un élément souterrain, mystérieux et protégé, plus suggéré qu’imposé se remarquant par un podium monolithique dans l’espace public.

A la fois au quotidien et lors d’évènements exceptionnels, la tombale devient la scène du spectacle de la vie et de la ville. La mise en valeur du site archéologique du bastion de Saint-Antoine devient ainsi l’occasion de mettre en valeur la vie de la ville tout en célébrant les vestiges de son passé.